mardi 16 novembre 2010

Prendre ce qui n'est pas nôtre


Selon notre vision de la vie, nous pouvons avoir l'impression – plus ou moins souvent – que nous ne recevons pas ce que nous méritons. Qu'il s'agisse de notre conjoint/e, de nos enfants, de nos collègues de travail... toute personne qui n'agit pas selon notre propre désir s'oppose à nous.

Cette opposition est quotidienne et peut prendre des formes diverses. Cependant, dans tous les cas, notre réaction est le baromètre de notre situation dans notre Service divin.

Un indicateur à surveiller

Lorsque nous sentons monter en nous un sentiment de frustration, nous devons réaliser que nous nous éloignons de la foi. Si nous laissons éclater la colère, nous avons complètement oublié qu'il y a un Créateur et nous nous approchons dangereusement de l'idolâtrie.

Peu importe que notre conjoint/e partage une opinion différente de la nôtre; que nous soyons obligés de répéter une centaine de fois la même chose avant d'être écoutés pas nos enfants; que notre patron n'apprécie pas notre travail... Toutes ces situations possèdent un point commun : elles ont été désirées, planifiées et mises en application par D-ieu. Qui sommes-nous pour les contester ?

Bien malin serait celui qui peut crier : “Je ne sais pas ce qu'est la colère !” Lorsque nous ne l'attendons pas, elle peut surgir en quelques secondes. D'être humain, nous devenons l'esclave de notre mauvais penchant. Que D-ieu puisse nous préserver d'un tel sentiment.

Ce qui nous manque le plus dans notre vie est le “da'ath” (le “savoir”). Le véritable da'ath est de savoir que D-ieu existe. La belle affaire ! Nous sommes nombreux à savoir que D-ieu existe. Nous ne mettons certainement pas nos tefilines tous les matins sans le savoir; nous ne prions pas tous les jours sans la certitude que le monde a été créé par la Volonté divine.

Cependant, le véritable da'ath est de savoir réellement que D-ieu dirige Son monde et qu'il n'existe pas une seule chose ici-bas qui peut se produire sans que D-ieu l'ai voulue. Ainsi, se mettre en colère, c'est contester la situation dans laquelle le Maître du monde nous a mis; parce que nous désirons une chose qui ne nous est pas due, nous désirons obtenir par la force ce que D-ieu ne veut pas nous donner.

À l'opposé, la personne qui a la foi ne se plaindra pas de ce qui lui arrive. Cela ne signifie pas qu'elle comprendra à chaque instant l'opposition qu'elle peut rencontrer. Plus simplement, cela veut dire que cette personne sait réellement que D-ieu dirige le monde est que nous devons Lui faire confiance.

Avoir la foi c'est savoir que D-ieu nous veut du bien et que le mal ne peut pas venir de Lui.

Puisse D-ieu nous donner le véritable da'ath dont nous avons tous besoin pour relever les défis de la vie. Amen.

Bookmark and Share

Aucun commentaire:

LinkWithin

Blog Widget by LinkWithin